Conversations avec Thot : 4

A Athènes, par l’intermédiaire de Mariannick
01/11/2017

 
Nous sommes heureux de vous voir ici avec les questions que vous vous posez. Nous essayerons de répondre à chacune… Nous sommes ici pour vous, nous vous le disons souvent, pour vous apporter notre soutien dans votre évolution, pour vous procurer les bases nécessaires au grand saut que vous êtes appelés à faire très prochainement.
 
L’année 2018 sera une année essentielle, pleine de défis : une grande année ! Vous garderez cette date longtemps en mémoire, 2018 ! Vous vous y préparez et vous faites bien… Et nous sourions de voir votre mental galoper après ces quelques mots… Retrouvez votre paix intérieure, entrez de nouveau au cœur car c’est seulement là que vous pouvez être à l’écoute des réponses que nous vous apportons…
 
Première question…
 
 
Question 1 : Mon énergie peut facilement se relier aux êtres qui ont une vibration semblable à la mienne mais pas à la totalité des êtres. Quand il est dit de se relier à tous les êtres sur Terre, qu’est-ce que ça signifie au quotidien ?  
 
Réponse 1 : Chère amie, la réponse est dans ce que tu sous-entends par le mot « êtres ». Que regardes-tu : la forme physique, l’ego de ceux qui sont près de toi ? Que regardes-tu ? Il y a des liens partout, nous allons essayer d’être clairs parce que le sujet est délicat…
 
Il y a sur Terre de nombreuses familles d’âmes. Tu es étroitement reliée à la tienne. Tu es liée aux autres familles à un autre niveau qui n’est pas celui de l’ego. Tu es liée à ta famille d’âmes au niveau de l’ego aussi car vous avez beaucoup à clarifier ensemble au niveau karmique. Les liaisons sont donc multiples au sein de ta famille, ce qui n’est pas le cas avec les autres familles.
 
Observons d’une part les personnes et d’autre part les autres règnes. Parlons tout d’abord des autres règnes. Leur base est la Terre, ils sont créés par la Terre tout comme l’est ton corps. La Terre crée tout ce qu’elle porte. De ce fait vous êtes étroitement liés, étant tous composés d’air, de feu, d’eau, de terre… de métal et de bois ajouteront certains, et d’éther. Vous êtes Terre dans votre incarnation tout comme l’arbre est Terre, l’animal est Terre, la pierre est Terre. Tu peux honorer la Terre en la reconnaissant dans toute chose… Tu peux reconnaitre la Terre dans chaque insecte qui t’embête et apprendre ainsi à honorer cet insecte. Nous ne te demandons pas de l’aimer, c’est encore difficile parfois, mais tu peux apprendre à l’honorer non pas en tant qu’insecte mais en tant que partie de la Terre, porteuse de vie. Là, oui, tu peux honorer, respecter, éventuellement entrer en communication avec l’animal, la plante ou la roche, à plus forte raison si tu te relies à son archétype. Donc en voyant la Terre en tout, la vie que la Terre génère, tu honores en tout la vie de la Terre, la vie de Gaia… Si c’est plus facile pour toi, tu peux ne pas regarder par exemple le moustique en tant que tel mais en tant qu’expression de Gaia, expression de la vie de Gaia. C’est ton droit alors de dire à ce moustique : « moustique, sors de ma maison », établissant ainsi tes limites. En même temps tu honores la Terre en lui, la vie que la Terre exprime dans cet être si petit !
 
Pour les êtres humains, tu peux agir de même et tu peux de plus voir la lumière en chacun. Tu peux voir la Source en chacun. C’est ce qui vous lie. C’est comme une musique… tu dis : « moi qui suis un ‘do’, quel rapport ai-je avec un ‘la’ qui est si loin de moi dans la gamme ? Nous n’avons pas les mêmes fréquences. » Bien sûr mais tu peux honorer la musique en chacun de vous, le concept même de la musique que vous portez en vous l’un comme l’autre, la possibilité d’accéder à l’harmonie en vous, au centre. Ca oui, tu peux l’honorer et tu peux sentir votre lien profond à travers la musique que vous exprimez, toi par un ‘do’ et l’autre par un ‘la’. Chacun exprime sa note et les notes sont aussi nombreuses sur Terre que le sont les êtres humains ! Concentre-toi sur la musique que vous représentez tous, honore la musique et l’harmonie que vous représentez tous et dans lesquelles vous vibrez. C’est cela que vous êtes venus faire : la vibration de chacun vient enrichir la musique du Tout ! Vous êtes semblables à une symphonie que tu peux honorer. Tu peux percevoir l’ensemble qu’est la musique, non les notes séparément. 
 
Nous espérons avoir répondu à ta question. Question suivante…   
 
 
Question 2 : Alors que l’oiseau est en train de chanter, pourquoi s’arrête-t-il et se met-il à tousser ? D’où vient cette difficulté d’expression et pourquoi est-ce que ça m’arrive aussi dans la vie ?   
 
Réponse 2 : Nous allons commencer par répondre à la dernière partie de ta question… L’oiseau est un miroir fantastique et il est susceptible de vous montrer clairement ce qu’il est bon que vous regardiez en vous. Aujourd’hui, l’oiseau que tu as vu face à toi ne parvenait pas à s’exprimer et toussait. A d’autres moments il peut chanter sur une vaste tessiture allant du très grave au très aigu… ce qui parfois te fais peur ! Tu te dis « qu’est-ce que c’est que cette voix basse, et si je m’y perdais ? ou bien : Qu’est-ce que c’est que cette voix haut perchée, ça n’est pas pour moi, est-ce que ça signifie que je vais m’envoler de la Terre, aller au ciel ? J’ai peur ! » Et c’est ainsi que l’oiseau se recroqueville, revient à une tessiture étroite et se met à tousser. Il demande : « Est-ce que tu vas finir par me laisser m’exprimer, oui ou non ? Es-tu prête à entrer dans la confiance ou pas ? » Tu es prête ! Entre dans la confiance, tu peux le faire et tu aimes ça : à chaque fois que tu le fais tu te réjouis profondément. Ensuite les vieilles peurs refont surface et tu te demandes « qu’en est-il de moi ? »… ah ! ce petit moi qui veut tout amener à lui alors que l’oiseau est prêt à s’envoler et à chanter du plus grave au plus aigu pour élargir ses capacités vocales !
 
Ne crains pas de t’ouvrir. C’est aussi un défi parce qu’à chaque fois que vous vous ouvrez vous découvrez en vous des aspects que vous ne connaissiez pas encore ou que vous pensiez ne pas détenir. L’ouverture est à l’œuvre et elle vous fait parfois peur. Trouvez votre calme ! L’ouverture est le cadeau que vous vous offrez. C’est le signe de votre avancée. Pour l’exprimer autrement, c’est le signe que vous vous détendez et que vous laissez votre cœur s’exprimer. En ouvrant le thorax, vous permettez à la flamme du cœur de grandir et l’ouverture se crée…
 
Avant de commencer cette canalisation aujourd’hui vous vous êtes détendus et vous vous êtes centrés sur la flamme du cœur. En grandissant, elle passe par la porte du cou et va jusqu’à l’intérieur de la tête où se situe le centre de la joie. La porte du cou est donc très importante. C’est l’accomplissement du processus qui se déroule au cœur. Parfois cette porte s’ouvre nous dirions ‘par erreur’, certains poussant le processus sans s’y être préparé. Vous, vous vous centrez sur la flamme du cœur. Quand cette flamme se détend et grandit, elle ouvre d’elle-même la porte du cou et la parole sort sans forcer, et l’oiseau se met à chanter. En laissant la porte du cou s’ouvrir à partir de la flamme du cœur, tu n’as rien à craindre. Tu es en totale sécurité dans ce que tu exprimes. La seule chose que tu aies à faire c’est de t’assurer que cette porte est pleinement reliée à la flamme de ton cœur. Lorsqu’elle l’est, tout est bien et les mots qui en sortent sont des mots qui viennent du cœur et l’oiseau peut exprimer sa tessiture dans toute son envergure : seule la joie nait de l’énergie montant vers la tête, seule la joie !
 
Nous avons conscience de nous exprimer à deux niveaux : l’un dans la réalité concrète, l’autre symbolique. Nous sommes certains que tu comprendras dans la mesure où ton cœur se détend de plus en plus. C’est ainsi que la porte du cou peut elle aussi se détendre davantage, car il en est ainsi.
 
Question suivante…        
 
 
Question 3 : Le temps me presse en toute chose. Comment puis-je dominer le temps ?    
 
Réponse 3 : Nous nous amusons beaucoup avec toi !!! Tu veux dominer le temps, waouh ! Quel succès ce serait !... Peut-être pourrais-tu d’abord être maître de toi-même ? Que dis-tu de cela ? Tu parles du temps, d’une dimension dans laquelle vous êtes tous plongés, et tu voudrais être maître de cette dimension, waouh !!! Et ton petit être, tu en es maître ? Nous t’avons donné un exercice la dernière fois, tu l’as fait ? As-tu pu être maître de toi durant toute une journée ? Comment veux-tu dominer une dimension quand tu n’arrives pas à te dominer l’espace d’une journée ?
 
Il est nécessaire de regarder la réalité et de te détendre par rapport à elle. Tu ne peux pas et tu ne pourras jamais être maître de la réalité mais tu peux apprendre à être maître de toi-même. Il ne sera plus alors question de maitriser la réalité car c’est toi qui la créeras de l’intérieur sur des bases radicalement différentes.
 
Cher ami, nous te parlons avec beaucoup d’amour et de patience : tu as seulement à apprendre à te maitriser toi-même. Nous te l’avons déjà dit : « quel regard est-ce que je pose et comment est-ce que je me situe face à la moindre chose ? » Fais un premier pas. Nous attendons que tu en fasses un pour que nous en fassions dix. Te souviens-tu de ce que nous disions la dernière fois ? L’enfant sur le toboggan doit donner l’impulsion avant de se laisser glisser, le reste se fait tout seul. Nous attendons pour t’aider que tu fasses le premier pas, sinon rien ne peut se faire ! C’est toi qui dois induire le mouvement, nous ne pouvons pas le faire à ta place. Nous pouvons te répéter sans cesse de le faire, te donner des conseils, mais si tu ne te détends pas, ce qui signifie non pas de regarder la réalité extérieure mais de te centrer sur ta réalité intérieure pour voir ce que tu peux y changer… si tu ne te détends pas tu n’avances pas et nous ne faisons que rester près de toi à attendre ton premier pas. Notre patience est infinie. Pas la tienne. Tu veux que tout change, tu veux tout mettre sans dessus dessous. Mets tout sans dessus dessous l’ami… en toi ! Tu as beaucoup à faire, c’est une très bonne idée ! Quand tu dis que tu veux tout changer c’est vraiment une très bonne idée, fais-le à l’intérieur !!! Mets-toi en route, ose ! Nous te le redisons une fois de plus : ose ! Sinon tu demeures dans l’immobilité et tu te noies dans tous les petits évènements de la vie ! Tu vas t’y noyer de plus en plus parce que tu as un projet de vie clair et qu’à partir du moment où tu as décidé de comprendre et d’avancer, tu ne peux plus reculer ! C’est ce que tu voulais et tu vas donc placer de plus en plus d’évènements dans ta vie pour trouver ton centre et y demeurer puisque tel est ton contrat. Plus tu t’y consacreras rapidement et plus ça se passera en douceur. Si tu attends des rappels intempestifs pour te décider à agir, ces rappels arriveront, tu peux en être sûr parce que c’est toi qui les as programmés. C’est toi qui crées ta vie en fonction du plan de vie qui est le tien.
 
Tu voulais faire beaucoup et à présent du veux changer le monde mais sans rien faire de l’intérieur… Avance ! Nous sommes tous là, les amis qui t’entourent en ce moment et nous aussi, avance ! Regarde en toi et change tout à l’intérieur, tout ! Fais la révolution intérieure et crois-nous, tu as beaucoup à changer ! Tu percevras la joie du changement profondément et tu te réjouiras de chacun de ces changements. Pour l’instant mets-toi en route, avance, nous n’avons rien d’autre à te dire que « va de l’avant ! »
 
Question suivante…    
 
 
Question 4 : Je voudrais savoir si les guides répondent vraiment à ma demande de communication ou si tout est dans mon imagination…  
 
Réponse 4 : Et où est ta confiance ? Tu la connais bien ta confiance, tu y es déjà entrée et avec de très bons résultats ! Tu t’es abandonnée, tu sais ce que cela signifie, et puis à présent tu te fermes et tu oublies tout… mais tu sais profondément ce que la confiance veut dire, ce qu’est cette qualité de vie. Aujourd’hui où ta vie  est un chaos tu oublies tout ! Le chaos arrive pour t’aider à passer au stade suivant de la confiance. La confiance que tu ressentais jusqu’à maintenant était celle du petit enfant qui ne sait rien et s’en remet totalement à ses parents. Tu commences à apprendre et du coup tu doutes. Quand il y a doute et que tu peux dépasser ce doute et t’abandonner dans les bras de ton Etre, de ta famille spirituelle, de ton Maître, de la Source, alors c’est que tu as franchi une marche, que ta confiance s’est approfondie. Elle n’est plus la confiance aveugle du jeune enfant mais la confiance de celui qui sait.
 
Il y a toujours une réponse à votre invitation. Tu ne l’entends pas toujours… mais tu peux remercier quand même ! Parfois, et nombreux sont ceux à qui nous nous adressons maintenant, lorsque vous êtes sur le chemin depuis longtemps et qu’il vous arrive quelque chose de particulièrement difficile à vivre, vous vous dites que ça ne devrait pas vous arriver à vous avec tout le chemin que vous avez déjà parcouru… et vous pensez parfois que pour que cela vous arrive c’est que peut-être tout ça n’est qu’une illusion… qu’il n’y a ni réponse, ni famille spirituelle, ni Maître…
 
Quand cela arrive, et chacun passe par des phases de ce type, tu n’es pas la seule dans ce cas, la seule chose que vous ayez à faire est d’entrer au cœur et de prendre dans vos bras le petit enfant que vous êtes, le bercer et lui dire que vous l’aimez… Et l’enfant ferme les yeux… permettez cela, dites-lui qu’il peut même s’assoupir dans vos bras. Permettez à ce petit enfant en vous de reprendre des forces, lové dans vos bras, même en dormant, oui, pour se détendre un moment… Vous, vous veillez, vous êtes là et vous l’aimez et vous ne dormez pas. C’est le petit enfant en vous qui sommeille, demande de l’aide et de la tendresse. Prenez-le dans vos bras, aimez-le, bercez-le, nourrissez-le ainsi. L’amour est nourriture, alors aimez cet enfant qui a été blessé et dites-lui que tout va bien, que vous l’aimez, qu’il n’a rien fait de mal, que tout cela n’arrive que pour que vous compreniez quelque chose ensemble. Les jeunes enfants croient toujours qu’ils sont responsables de la douleur qui accable leur famille. C’est aussi ce que pense le petit être en toi, il pense que tout ce qui t’arrive est de ta faute… Prends-le dans tes bras, aimes-le et dis-lui que tout est bien parce que tout cela vous l’avez créé ensemble pour grandir ensemble. Toi, identifies-toi à la grande personne que tu es, regarde devant toi, regarde l’horizon… ose ne plus regarder tes pieds ou le bout de ton nez mais regarder l’horizon et voir la beauté à l’horizon… C’est vers cela que tu te diriges. Ne regarde pas les petites choses de la vie, relève la tête, prends l’enfant dans tes bras, regarde l’horizon et avance dans la confiance du plan que tu as créé pour ta vie et dans la confiance en ta capacité à avancer dans ce plan. Il te sera donné toute l’aide nécessaire à partir du moment où tu avanceras ainsi… Ton but premier dans l’immédiat est de te retrouver. Le petit enfant a pris les rênes de ta vie alors retrouve la grande personne que tu es, prends cet enfant dans tes bras et avance…  
 
Question suivante…
 
 
Question 5 : Pourquoi l’oiseau prend-il des formes différentes ?    
 
Réponse 5 : Bien sûr nous pourrions répondre qu’il reflète vos changements au jour le jour, mais ce serait une réponse superficielle. Regardons plus en profondeur… C’est aussi parce que chaque oiseau est porteur d’un message différent, comme par exemple l’oiseau de votre amie venu lui refléter ses difficultés d’expression. Il en va de même pour vous et pour toi. L’oiseau te montre à chaque fois à quoi tu peux te relier, quelle est la partie de toi prête à t’aider ce jour-là… C’est le cygne qui apparait ? Savoure ton partenaire, tu sais que c’est ce que le cygne représente, alors savoure… La chouette apparait ? Regarde en toi et n’oublie pas : tu te tournes vers l’intérieur mais tu peux voir même en pleine nuit, ta vue est perçante justement parce que tu as conscience de l’intériorité… Tu n’es pas d’abord à l’extérieur mais d’abord à l’intérieur. En ayant conscience du tout à l’intérieur, tu peux distinguer ce qui se joue dans la nuit extérieure… et aller où bon te semble sans trébucher. C’est ce que te dit la chouette. A chaque fois qu’il fait sombre autour de toi, que tu ne comprends pas, appelle la chouette : elle te montrera comment elle ferme les yeux, comment elle s’intériorise et lorsqu’elle est prête, comment elle ouvre grand ses yeux… et c’est alors une lumière d’or qui en jaillit et qui lui permet de tout discerner dans l’obscurité… Appelle la chouette et tu verras clairement !
 
Avec le travail que vous accomplissez, les oiseaux deviennent vos amis. Apprenez à décoder la présence de chacun. Chacun d’eux vous enseigne en fonction de ses qualités propres. Reliez-vous à chacun et regardez ce qu’il vous apporte. Chaque oiseau vient vous parler de ce que vous pouvez découvrir en vous et éventuellement dépasser. Chaque oiseau est un miroir magnifique et un aide de première classe ! Apprenez à regarder chacun, à le reconnaitre et à l’honorer. Qu’il soit petit ou grand, lorsque vous entendez un battement d’ailes, soyez vigilants et apprenez à discernez quel oiseau ces ailes introduisent… 
 
 
Percevez les nombreuses ailes qui vous entourent en ce moment… elles ouvrent l’espace autour de vous… différentes sortes d’ailes, des petites et des grandes… La tribu des Oiseaux est présente. Laissez son énergie pénétrer la Terre. Percevez-la, percevez la joie qu’elle apporte et laissez cette joie entrer en Terre… à travers chacune de vos respirations… à chaque inspiration vous vous emplissez de son énergie, à chaque expiration vous offrez son cadeau à la Terre… Respirez profondément avec tout votre corps… C’est tout votre corps qui transmet l’énergie des Oiseaux à la Terre… Huitième dimension… Laissez-la entrer en Terre… Sentez la joie…
 
Nous vous remercions… Toutes les ailes se mettent à battre… C’est la fête des ailes, une grande fête !!! Nous vous remercions chaleureusement.
 
Et il en est ainsi.
    
 
 
Si vous souhaitez poser une question, je vous rappelle ci-dessous la démarche qui nous a été indiquée pour que cette question parte du cœur et non du mental.
Vous pouvez ensuite envoyer votre question en passant par la rubrique « Contact » du site.
 
Processus :
 
Asseyez-vous le dos bien droit, prenez place sur le trône qui est le vôtre au cœur et percevez votre axe qui s’enfonce en Terre vers le bas et monte très haut vers le ciel…
 
Là, prenez conscience de votre thorax et de la ressemblance de votre thorax à une cage. Cette cage, vous l’avez ouverte au fur et à mesure du travail que vous avez accompli jusqu’à aujourd’hui et l’oiseau qui se trouvait à l’intérieur peut maintenant s’envoler…
 
Nous vous demandons, à chaque fois que vous souhaiterez apporter une question venue du cœur et non du mental, de vous relier d’abord à ce point à partir duquel l’oiseau prend son envol… Voyez cela, voyez au cœur la porte de la cage ouverte et l’oiseau qui s’envole… Il est libre et va se placer à 30-40 cm devant vous, à une distance agréable pour vous deux. Il se retourne et vous fait face, vous vous regardez… Entre vous une ligne de lumière d’or relie vos deux cœurs. Un triangle se forme dont cette ligne est la base. Très haut au-dessus de vous, vous pouvez sentir la présence de Thot qui s’installe au sommet de ce triangle, la présence d’une conscience supérieure. Vous laissez le flux d’or circuler dans ce triangle, depuis Thot jusqu’à l’oiseau, puis de l’oiseau jusqu’à vous, et enfin de vous à Thot… 
 
Permettez à ce flux de vous remplir, de vous apporter un sentiment de plénitude… et de ce flux d’énergie qui vient à vous, laissez émerger une question… Vous pouvez voir les choses autrement et dire que c’est la question posée par l’oiseau qui arrive jusqu’à votre cœur…  
 
Prenez quelques minutes en silence pour écouter le message de l’oiseau… Vous laissez le courant circuler sans vous y opposer, sans y ajouter votre propre volonté. Si aucune question n’apparait c’est que ce n’est pas le moment. Ce moment viendra peut-être la prochaine fois ou la suivante, ça n’a pas d’importance. La seule chose que vous ayez à faire c’est d’entrer dans le flux et d’écouter l’oiseau…