Conversations avec Thot : 8

A Athènes, par l’intermédiaire de Mariannick
10/01/2018

Je suis heureux de vous voir ! Soyez les bienvenus ici pour bien commencer l’année ensemble et la poursuivre, je vous prie, avec beaucoup de respect l’un pour l’autre ! Plus vous montrez de respect pour l’autre et plus le respect pour vous-mêmes peut se développer ! Vous connaissez suffisamment la nature du travail qui se fait ici pour savoir à quel point il est important de faire les premiers pas à votre égard avant de les faire avec les autres : vous ne pouvez pas apporter de la lumière à l’autre si vous ne l’avez pas trouvée en vous, vous ne pouvez pas prendre l’autre par la main pour l’aider à faire un pas que vous n’ayez pas déjà franchi vous-mêmes… vous ne pouvez pas montrer de respect et de compassion pour l’autre si vous n’en avez pas d’abord pour vous-mêmes !
 
Ceci en introduction à cette année : ayez toujours  en tête de développer en vous une qualité que vous pourrez par la suite exprimer puis offrir aux autres…
 
Toutes les questions posées aujourd’hui sont arrivées par le biais d’internet, vous n’avez donc pas eu l’opportunité d’en discuter et cela nous plait bien : vous n’avez aucune idée préconçue, vous avancez à l’aveugle ! C’est nous qui parlons, qui allumons la bougie dans l’obscurité ! Asseyez-vous confortablement pour être à l’écoute des réponses que nous vous apportons aujourd’hui…
 
Les énergies de Thot sont présentes. D’autres viendront sur le devant de la scène, vous en serez informés en temps voulu.
  
Première question :
 
 
Question 1 : Comment savoir s’il y a une vérité ou s’il y en a plusieurs ? 
 
Réponse 1 : L’ami, la réponse est simple : (avec humour et le sourire !) il n’y a pas moyen de le savoir ! Mais nous allons développer… Une vérité ou plusieurs ?... La vérité est une. Les vérités sont multiples. Tu peux te dire qu’une phrase annule l’autre mais il n’en est rien… une est la vérité et nombreuses sont les vérités. Tout dépend de ce que tu regardes… Si tu arrives à regarder très haut énergétiquement, si tu arrives à élever suffisamment ta fréquence, tu verras que la vérité est une, mais c’est une vérité si difficile à appréhender depuis le plan terrestre ! Elle requiert que vous vous situiez à un niveau, dans une dimension bien plus avancée que celle dans laquelle vous vivez. Là, une est la vérité. Ici, sur la Terre où vous vivez, où vous vous êtes incarnés, les vérités sont si nombreuses !
 
Tu dis : « comment savoir quelle est la vérité qu’il est bon de suivre ? » Il n’y a pas de vérité à suivre, il n’y a qu’une vérité à trouver en toi. Tant que tu es dans la recherche d’une vérité à l’extérieur de toi, tu ne peux pas trouver la tienne. Tu te dis peut-être que si chacun recherche sa propre vérité ce n’est pas une, deux, cent ou mille vérités qu’il y aura mais des milliards… et nous sommes bien loin d’une seule et unique vérité il est vrai ! Il est pourtant nécessaire que vous passiez par cette quête pour avancer vers la vérité unique. C’est seulement quand chacun devient apte à se relier à sa propre vérité, non pas mentale mais cardiaque, seulement lorsqu’il est apte à activer cette liaison à son cœur et à sentir sa propre vérité qu’il se trouve alors dans une vibration très particulière…
 
Quand mille personnes vibrent à la fréquence de leur propre vérité, elles vibrent sur la même fréquence ! La vérité peut être différente de l’un à l’autre, la vibration est une et c’est ce qui compte. La vérité peut être différente car vous avez des chemins de vie différents, vous ne venez pas tous travailler les mêmes leçons de vie, et ce que tu as à travailler, l’ami, n’est pas ce que ta compagne ou ton meilleur ami ont à travailler. C’est ainsi que ta vérité n’est pas forcément celle de l’autre mais ta vibration lorsque tu es en quête de ta vérité vient vibrer en harmonie avec celle de l’autre qui poursuit la même quête. C’est cette harmonie que vous recherchez afin que l’humanité, un jour, vibre sur le même plan, sur un plan qui permettra la régénération de la Terre… Cela vous parait lointain « ça n’est pas possible, pensez-vous, avec tout ce que nous vivons », et pourtant… ceux qui sont entrés dans cette quête de leur propre vérité sont nombreux, toujours en restant dans le respect de la vérité de l’autre…  
 
Nous revenons à ce que nous vous disions en commençant, tout se tient vois-tu l’ami… La quête de ta vérité est ce qui doit te guider, avec en parallèle le respect de la vérité de l’autre, le respect du chemin de l’autre. Là, dans cette vibration, vous vous unissez et vous étendez un champ énergétique puissant sur Terre qui permettra un jour la thérapie et le changement de dimension dans laquelle la Terre se trouve actuellement. Tout change, il n’est nul besoin que tous les hommes sur Terre changent pour que Gaia change aussi, et vous êtes nombreux à changer… 
 
Question suivante : 
 
 
Question 2 : A quoi cela sert-il de se poser des questions en sachant que chaque question en appelle plusieurs autres ?  (et cela est sans fin et le phénomène est exponentiel) 
 
Réponse 2 : Chaque question est utile. Chaque question te place en situation d’écoute et d’ouverture. Même lorsqu’il s’agit d’une question qui a priori peut paraitre ne pas venir du cœur. Même dans ce cas tu as besoin d’avoir le cœur ouvert pour entendre la réponse, la comprendre et l’assimiler. Chaque question a sa raison d’être.
 
Tu dis que chaque question en appelle d’autres. Peut-être pourrais-tu prendre le temps, peut-être pourrais-tu te détendre un peu plus, peut-être pourrais-tu prendre le temps nécessaire à l’assimilation à chaque fois que tu lis ou que tu entends une réponse, pour que cette réponse puisse faire son chemin en toi… Chaque réponse requiert un temps d’assimilation après avoir été entendue. Lorsque d’autres questions arrivent à la chaîne tu peux être sûr que le mental est à l’œuvre. C’est ta faim de connaissance qui est à l’œuvre et non le cœur qui s’ouvre à la compréhension. Lorsqu’une réponse a été digérée, assimilée, alors une autre question peut jaillir : le pas suivant peut s’effectuer après l’assimilation du précédent. Nait alors la question suivante qui servira de guide pour la suite.
 
Prends le temps d’écouter les réponses ! Prends le temps d’aller au-delà des mots, prends le temps de sentir ce qui se dit au-delà des mots… Prends le temps de voir ce que chaque réponse t’apporte. Prends le temps… les questions et les réponses qui sont données ici ne le sont pas dans le but de vous saturer de connaissances mentales, vous disposez d’assez de sources pour cela, vous vous y perdez, au sens propre du terme ! Vous ne savez plus où donner de la tête tant les sources sont nombreuses !
 
Il y a une solution : vous prenez la réponse et vous la mâchez tout comme vous mâchez une bouchée. Si tu avales une bouchée sans l’avoir mâchée au préalable ton estomac ne va pas être d’accord et tu ne vas pas la digérer. Tu as besoin de mâcher, de mettre de la salive pour aider la digestion et pour que ce que tu avales devienne nourriture pour ton corps. C’est la même chose pour ce qui nous occupe ici : prenez le temps de mâcher cette nourriture qu’est la réponse, de voir comment vous vous sentez avec elle, dans quelle mesure elle peut vous aider au quotidien, si elle peut entrer dans votre routine. Ouvrez votre cœur et mettez de l’amour dans ce processus de digestion tout comme vous produisez de la salive pour mieux digérer votre repas. Ici c’est vous-mêmes que vous aimez, que vous respectez lorsque vous pensez avec le cœur, que vous ressentez… et quand une chose a été digérée, vous prenez la bouchée suivante, sinon il y a trop plein et vous rejetez tout…
 
De la même façon que vous mettez de la mesure dans votre alimentation, mettez aussi de la mesure dans les informations que vous recevez pour avoir le temps de les digérer et de les faire vôtres ! Que tout ce que vous lisiez ou entendiez passe d’abord par le filtre de votre cœur : « ça me parait juste ? est-ce que je peux adopter ce qui est dit et le faire mien ou pas? » Tout comme vous choisissez un mets, il est important que vous choisissiez ce que vous écoutez et lisez de façon à ne pas vous perdre et à ne pas tomber malade. Travaillez sur la discrimination et demandez vous toujours –pour en revenir à la première question- si ce que vous lisez ou écoutez correspond à votre vérité propre et dans quelle mesure cela vient l’enrichir. C’est ainsi que vous avancez… sainement, sans craindre l’indigestion ! 
 
Question suivante : 
 
 
Question 3 : Quelle est ma blessure primitive ? A quel point est-elle profonde ? Comment m’en délivrer pour que la cage disparaisse et que je puisse m’envoler, libre, avec mon aigle blanc ?      
 
Réponse 3 : Les énergies de Saint Germain viennent répondre à cette question, avec humour… 
L’ami tu veux t’envoler, tu veux chevaucher ton aigle et t’envoler loin et haut ! Et que dirais-tu si nous te disions que l’aigle s’envole d’abord à l’intérieur : que nous te coupons les ailes ? Regarde bien… Tu parles d’une blessure primitive. Certains simplifient beaucoup les choses en parlant de blessure primitive. Vos blessures sont si nombreuses, l’ami, si nombreuses ! La solution est si facile de penser qu’en se délivrant d’une blessure primitive vous pouvez vous mettre à voler haut !  
 
Atterris l’ami! Pourquoi es-tu venu ici, sur Terre ? Pour t’envoler intérieurement tout en gardant les deux pieds sur Terre, tout en te réconciliant avec la Terre et en l’aimant… pas en l’aimant à l’extérieur de toi mais en l’aimant en toi et en toi il y a aussi toutes les blessures, les primitives et bien d’autres… Bien sûr votre désir et votre travail à tous est d’arriver à la guérison, à la compréhension de vos blessures afin qu’elles puissent cicatriser et que leur énergie puisse être disponible pour la lumière plutôt que pour l’ombre. C’est la raison pour laquelle l’acceptation doit grandir en premier lieu, et quand tu nous demandes «quelle est ma blessure primitive et comment m’en délivrer » nous entendons un désir désespéré de faire une croix dessus pour pouvoir t’envoler… et nous te le disons, en vérité, nul n’est sur Terre pour cela. Vous êtes ici pour aider la Terre dans son ascension en réalisant la vôtre et vous ne pouvez y parvenir en oubliant vos blessures, qu’elles soient primitives ou autres. Vous y parviendrez dans l’acceptation de ces blessures. Je répète : les énergies de Saint Germain s’expriment en cet instant et il est question ici d’un processus alchimique alors écoute, ouvre tes oreilles : tu as une blessure, de nombreuses blessures, ce qui est important c’est de les reconnaitre toi-même et non d’attendre d’un autre qu’il vienne te les révéler ! « Pourquoi, demandes-tu, ce serait si facile »… Tout simplement parce que parce que si quelqu’un d’autre que toi te le dit tu ne vas pas l’accepter, tu n’es pas prêt ! Tu ne peux pas l’accepter ! Lorsque tu seras prêt cela viendra de l’intérieur, tout seul, ça remontera au jour et tu auras alors à le travailler. Tu te focalises sur une blessure que tu nommes ‘primitive’ mais toutes les blessures qui remontent à la surface au quotidien, qu’en fais-tu ? Tu les acceptes ? Tu aimes ce que tu es à travers elles ?
 
Souviens-toi du conte de la princesse au petit pois. La princesse était particulièrement sensible et quelqu’un avait placé un petit pois dans son lit qu’il avait recouvert de 11 matelas, et la princesse l’avait senti… Est-ce que pour autant elle aurait pu l’enlever ? Non ! Ce que nous voulons te dire c’est que pour pouvoir enlever le petit pois sous les 11 matelas il te faut d’abord retirer le 11e matelas, puis le 10e, puis le 9e et ainsi de suite jusqu’à ce que tu arrives au petit pois et alors tu découvriras que ce qui te gênais n’était qu’un petit pois et tu riras de toi-même !... et tu mangeras, et tu digèreras, très bien, dans le rire et dans la joie… ce qui t’avait terrifié des vies durant ! Tous ces matelas c’est ce que la vie t’apporte, à toi comme à tous, au quotidien. Si tu n’apprends pas d’abord à regarder de quoi ton quotidien est fait, comment peux-tu apprendre à l’accepter et à l’aimer ? Et tu ne peux pas dans ce cas arriver jusqu’au petit pois ! Tu ne peux pas y arriver parce que tu n’as pas enlevé les matelas. Le but peut être d’arriver au petit pois mais si tu ne passes pas par le processus préparatoire indispensable tu ne pourras pas y arriver dans la joie, et la compréhension ne sera pas au rendez-vous.
 
Je répète : les énergies de Saint Germain, l’alchimiste ! Vous venez ici avec du plomb pour le prendre et le transformer en or. Si vous prenez le plomb en disant « ça ne m’intéresse pas » et que vous le rejetiez, vous n’arriverez jamais à l’or !
 
Tu dis : « mais tout ça c’est des petites choses, je veux du grand, je suis né pour les grandes choses ! » Le grand se nourrit de beaucoup de petits. Les grandes choses sont composées de petites. Tu ne peux accéder au grand l’ami sans respect pour le petit… Encore le respect ? Hé oui, encore…
 
Tu peux voler sur ton aigle à tout moment : le petit pois c’est toi qui l’as placé là où il est ! Quand quelqu’un arrive au petit pois il rit parce qu’il comprend d’une part que c’est lui qui l’avait placé là et d’autre part que ce n’est qu’un petit pois !!! Ce qui est important de garder en mémoire c’est que tu es tout cela. Tu es le petit pois, tu es les 11 matelas, tu es l’aigle et tu es le chemin qui va de l’aigle au petit pois et du petit pois à l’aigle. Tu es tout cela. Tu n’es pas davantage l’aigle que le petit pois, tu es tout cela et tu ne peux pas mépriser la moitié de toi-même et penser qu’ainsi tu arriveras à l’aigle et que tu ne seras que cela ! Ca, ça n’est pas possible : tu ne peux pas arriver à l’or en méprisant le plomb. Ca n’est pas possible. L’un conduit à l’autre. L’acceptation de tous les stades du processus est indispensable.
 
Nous allons te donner un petit conseil. Dans une de vos rencontres passées vous avez parlé d’un livre écrit il y a déjà un certain nombre d’années par Eckhart Tolle, « Le pouvoir de l’instant présent ». Lis-le ou relis-le : c’est seulement dans le présent que tu peux avoir tout en main, le plomb et l’or, tous les stades de la transmutation, seulement dans l’instant présent ! Tant que tu demeures dans l’espoir d’arriver quelque part demain ou après-demain, tu perds le présent. Fais grandir l’espace du présent autour de toi ! Rends-le habitable, c’est ton travail pour les mois à venir, de rendre cet espace habitable. Bien sûr nombreux sont ceux qui reconnaitront que ce que nous disons pour toi en cet instant est aussi leur vérité…  
 
Question suivante : 
 
 
Question 4 : Comment réparer mes blessures d'amour? Pourquoi ai-je le plexus solaire tout noué quand je pense à l’amour? Y a-t-il un message de cet arbre qui s’est brisé sur ma maison? 
 
Réponse 4 : Les énergies de Thot reprennent la parole.
Les blessures d’amour sont nombreuses, très nombreuses dans ta vie, dans tes vies, très nombreuses… Elles sont si nombreuses que rien qu’à la pensée de l’amour ton plexus solaire se serre parce qu’il se prépare à la souffrance. Tu vois, quand tu as beaucoup souffert dans un domaine spécifique, ton corps se dit que puisque c’est déjà arrivé une, deux, dix fois, ça ne peux que se répéter… et c’est lui, c’est toi qui crée la douleur, toi… toi chère amie, toi… avec ta peur. La peur ferme ton plexus solaire. Nous pourrions ajouter que c’est la peur et non le manque d’amour mais ce ne serait pas juste parce qu’en fait la peur ne peut créer ce nœud et cette douleur que parce que tu ne t’aimes pas toi-même, tu ne t’aimes pas suffisamment !!! Tu essaies, mais c’est tellement plus simple d’aller chercher l’amour dans le regard de l’autre, du compagnon, c’est tellement plus facile ! Et donc tu as tendance à te dire : « s’il m’aime c’est que je le mérite ! » et quand cet amour se ternit, quand l’amour qui vient te nourrir de l’extérieur diminue, tu te retrouves face à ton propre amour pour toi et cet amour n’est pas suffisamment nourri, il n’est pas suffisamment nourri ! Nourris-le !
 
Chère amie, tant que tu chercheras l’amour dans le regard des autres il y aura de la souffrance. Tant que tu chercheras l’amour de toi à travers ce que tu fais, ce que tu dis, il y aura de la souffrance : ça ira mieux mais il y aura toujours de la souffrance. La meilleure solution est d’entrer là où ça fait mal : d’entrer au cœur, d’entrer dans ton ventre, dans ton plexus solaire et à partir de là d’ouvrir un chemin… bien souvent ce chemin vous le nommez « axe », alors ouvrir un chemin, un axe à ton Etre et t’y abandonner. Abandonnes-toi totalement à ton Etre, sans jugement, et entre dans le silence. Entre dans le silence et en totale ouverture à ton Etre, pour lui permettre de te montrer son amour pour toi… qui es ce qu’Il est ! Son amour pour toi n’a d’égal que l’amour qu’il a pour lui-même puisque tu es ce qu’Il est, et cet amour est sans limites…
 
L’Etre vit dans l’amour et se nourrit d’amour. Il absorbe l’amour de la Source et s’en nourrit, vit par lui, te donne vie à travers lui. Relies-toi à ta propre source ! Cela requiert deux choses de ta part :
- tu dois voir à quel point tu es prête pour cela. Cela va te demander chaque jour de consacrer 5 minutes de ton temps pour entrer dans le silence total, t’ouvrir totalement au cœur à ton Etre et laisser ton cœur s’en remplir… Ton cœur est relié à ton Etre alors laisse-le te remplir là où tu as mal…
- la deuxième chose indispensable est de quitter le drame. Le drame te nourrit souvent mais pas toujours… tu te nourris aussi de très belles vibrations, surtout ces dernières années, mais tu es encore bien souvent dans le drame et ça te plait !! Tu te sens vivre dans le drame, tu sens qu’il se passe quelque chose, qu’il y a de l’intensité dans ta vie ! Tant que tu te complairas dans le drame, il te sera difficile de t’ouvrir totalement à ton Etre et d’entrer dans le silence parce que ces deux choses sont aux antipodes l’une de l’autre. Vois quel est ton choix, fais tes choix… Tu as fais de nombreux choix dernièrement, de très bons choix. A présent c’est ce choix-là qui s’impose à toi : « je demeure dans le drame ou je peux m’en affranchir tout en me sentant autant, ou plutôt bien plus vivante encore ? » D’une façon différente, il est vrai…
 
Le choix te revient, il doit être fait. Fais-le dans le silence, chaque jour, au moins durant 6 mois. Pour au moins un semestre 5 minutes de silence chaque jour, de silence total… Que ce silence te nourrisse ! Puisses-tu te nourrir de ce silence et tu n’auras plus besoin de te nourrir de mélodrame. Fais-toi ce cadeau, pour ce premier semestre de 2018, et essaies ce que nous te proposons…       
 
Question suivante : 
 
 
Question 5 : Pourquoi les femmes ont elles à subir la défloration, à savoir une part de leur chair déchirée? Pourquoi tant de violence? 
 
Réponse 5 : Ici aussi la solution est double : ou bien entrer dans une explication de la violence, et nous allons dire deux mots sur ce sujet, ou prendre de la distance et nous asseoir… Nous vous demandons de demeurer dans votre axe. Nous parlons de violence, nul besoin de baisser votre taux vibratoire et d’aller vous-mêmes vers cette violence au cœur. Au contraire, quand vous parlez de violence tout en maintenant au cœur la vibration de la joie, vous transformez la violence dont vous parlez en joie et vous faites de la sorte cadeau à la Terre ainsi que, dans ce cas précis, à toutes les femmes…
 
Regardons les choses en faisant un pas de côté et en prenant de la distance : les femmes, les hommes, nous sommes encore dans la dualité… Amie, tu parles des femmes et de la violence qu’elles subissent. Toi tu es femme dans cette vie. Dans bien d’autres tu as été homme. Vos expériences sont multiples et le phénomène de la violence extrêmement complexe… Il y a d’abord la dualité, puis le manque de respect, le manque d’amour, l’ego qui prend des dimensions considérables en chacun, la peur qui grandit et la violence qui arrive comme résultat logique à tout cela pouvons-nous dire… Les femmes souffrent dans leur corps. Penses-tu vraiment que les hommes ne souffrent pas ??? Vos corps sont nombreux ! Il y a le corps que vous voyez et d’autres aussi que vous ne voyez pas. T’es-tu jamais dit que si les femmes ont à subir de la violence dans leur corps de chair, la douleur du corps émotionnel est plus grande chez les hommes ? Crois-tu vraiment qu’un sexe souffre davantage que l’autre ? Simplement il souffre différemment car dans ce plan vous avez fait le choix de la souffrance pour accéder à la compréhension afin un jour d’arriver à changer ce choix et dire : « je place l’intention de comprendre dans l’harmonie, je place l’intention de grandir dans le respect, je place l’intention d’avancer dans l’amour. » Alors la souffrance peut diminuer considérablement, mais votre intention est capitale, il est nécessaire que vous soyez décidés à entrer dans une autre échelle, à ce que vos points de repères soient totalement différents de ceux que vous aviez jusque là !
 
C’est une décision que chacun a à prendre. « Je m’installe dans la violence, ou je me regarde, je regarde ma ligne d’incarnations qui parfois remonte très loin, je reconnais la violence qui a existé dans cette ligne, tout le manque d’amour dans cette ligne, l’obscurité présente dans cette ligne, et je dis : tout cela je le vois, je le reconnais, je l’accepte car c’est grâce à tout cela que je suis arrivé là où je me trouve aujourd’hui. A présent je me retourne et en ayant ramassé tout ce qui se trouve à présent dans mon dos, qui n’est plus coupé de moi mais accepté, je prends tout et j’avance avec d’autres critères, d’autres points de repère, d’autres intentions. »
 
Comme nous le disions auparavant, l’acceptation est nécessaire à la base, mais à partir du moment où vous avez rassemblé tout ce que vous étiez, à partir du moment où vous avez rassemblé tout le plomb que vous étiez et que vous avez créé, comme dirait Saint Germain, alors vous pouvez avancer dans la sublimation et créer l’or…
 
De la violence il y en avait et il y en a encore autour de vous. Où vous situez-vous ? Nous nous adressons à chacun : où vous situez-vous ???
 
Dans la question précédente il était question d’un arbre tombé sur une maison, d’un arbre déraciné tombé sur une maison. Regardez ce symbole, symbole de force, symbole phallique. Vous pouvez l’interpréter soit en regardant vers l’arrière, soit en regardant vers l’avant. Qu’est-ce que ça signifie ?
 
- Je regarde vers l’arrière et je vois la violence. Je dis : « cet arbre est entré dans ma maison, c’est violent. Comment voir cela autrement, une partie de la maison a été détruite, il est entré en moi comme un homme pourrait pénétrer une femme dans un rapport sexuel violent ! » Oui, il y a ce symbole et vous pouvez interpréter ainsi l’évènement… et ça fait mal !
 
- Vous pouvez le regarder dans l’ici et maintenant : « j’accepte cet acte, je l’ai subi en tant que femme et je l’ai agi en tant qu’homme envers bien des femmes. J’accepte les deux aspects de mon être et je me pardonne… »
Tu vois amie, la douleur n’est pas indispensable. L’acceptation du symbole de ce que tu as pu commettre toi aussi dans le passé est nécessaire, de ce que tu as pu commettre et subir. Les deux. C’est cela que montre l’arbre qui entre dans la maison : il montre les deux aspects et toi tu peux accepter toute la chaîne et te pardonner de tout ce que tu as permis de se faire tout autant de ce que tu as fait. Nous insistons : tout ce que tu as permis de se faire tout autant de ce que tu as fait. Chacun est toujours responsable de tout ce qu’il fait et de tout ce qui lui advient, tout aussi responsable de l’un que de l’autre, nous insistons de nouveau!
 
Avec une telle réponse vous avez de quoi assimiler pour quelques mois, ceci dit avec un clin d’œil à notre ami qui a posé la 2e question…
 
- Enfin, pour poursuivre avec l’image de l’arbre, tu peux te tourner vers l’avant et voir que cet arbre s’est déraciné… toi tu n’as vu que la violence de l’impact ! Il s’est déraciné… Il est permis que cette violence soit déracinée ! Il t’est permis d’y mettre un terme en regardant les choses autrement ! En plaçant ton intention de ne plus avancer dans la violence, tu déracines des convictions profondes qui étaient les tiennes durant de nombreuses vies !
 
Pour revenir à la violence, chacun doit décider s’il a envie de continuer à regarder vers l’arrière ou s’il veut placer une intention nouvelle vers l’avant. Continuer dans le mélodrame ou non. Il appartient à chacun de répondre. Personne n’est obligé de rester dans une ligne d’incarnations avec les mêmes repères qu’auparavant, de la même façon qu’avant. Vous pouvez à tout instant changer votre regard grâce à l’acceptation, au respect et à l’amour.
 
Ceci en ce qui concerne les réponses aux questions posées aujourd’hui.
 
 
Ce que nous venons de vous dire concernant votre intention et le regard que vous portez sur ce que vous êtes, tout cela peut être appliqué à la Terre… Dans le passé certaines voies se sont fermées sur Terre. Qu’elles s’ouvrent !...
 
Quelques personnes de ce groupe se sont jointes à un autre groupe pour un voyage en Egypte ces jours-ci. Nous vous demandons de visualiser entre vos deux groupes un grand arc-en-ciel au-dessus de la Terre et un autre qui passe en Terre. Percevez l’énergie de la Grèce aller jusqu’en Egypte et celle de l’Egypte venir jusqu’en Grèce… Toutes les couleurs, toute la création jouent ce jeu…
 
Voyez la terre y participer avec sa vibration… voyez l’eau y participer avec sa vibration… voyez l’air y participer avec sa vibration… voyez le feu y participer avec sa vibration…
 
Le feu n’est pas immobile, il est en mouvement… Tout s’anime dans les arcs-en-ciel… voyez le mouvement, c’est le mouvement qui apporte le changement, c’est le mouvement qui débloque les chemins, les voies, les liaisons…
 
Voyez le mouvement s’intensifier toujours plus et vous entrainer… Voyez votre énergie au sein de l’arc-en-ciel au-dessus de la Terre ainsi que dans celui qui s’étend dans la Terre… abandonnez-vous à ce mouvement jusqu’en Egypte et de là jusqu’en Grèce, prenez le temps de sentir (grande pause)…
 
Un grand axe blanc vertical se crée au-dessus de la mer, au centre, entre les deux pays, un axe qui relie la Source au centre de la Terre et apporte l’équilibre…
 
Le mouvement se poursuit dans l’équilibre… Percevez le respect qui s’est installé, qui emplit toutes les couleurs des deux arcs… et ces deux pays et tout l’espace entre les deux. Respect, acceptation et immense amour…
 
Vous pouvez voir ces deux pays comme un couple, et comme dans chaque couple il y a parfois des tensions, des désirs de séparation, et à d’autres moments l’amour circule après tout ce que les deux parties ont vécu ensemble et séparément… Respect, le respect grandit beaucoup, reconnaissance de ce qu’est l’un et de ce qu’est l’autre, de leur façon de se compléter… Comme l’amour est grand entre eux !...
 
L’espace entre les deux arcs-en-ciel s’agrandit… cet espace est important : c’est l’énergie qui unit ces deux pays, le lieu où ils se rencontrent, et ils se rencontrent de plus en plus dans la lumière… ils se rencontrent de plus en plus dans la lumière de la Fraternité Blanche, dans la lumière de la Source… Savourez et cultivez cela !
 
Qu’il en soit ainsi !
Et il en est ainsi.