La deuxième spirale de la Création – 2
Introduction à la solidarité

A Athènes, par l’intermédiaire de Mariannick
03/10/2018

Soyez les bienvenus ! Je suis comme à l’habitude votre préféré, le Maître Saint Germain, et je viens ici vous éclairer… avec beaucoup d’humour et d’amour, pour accompagner vos premiers pas dans une spirale que vous ne connaissez pas encore bien et qui génère beaucoup d’interrogations… Nous allons entrer doucement, mais sûrement, dans le changement parce qu’il est nécessaire ! Un changement profond est indispensable en chacun de vous !  
 
En fait, vous tous qui êtes ici, même les plus jeunes, vous avez tous l’impression, si ce n’est de tout savoir, au moins d’être arrivés quelque part ! Renversez tout!!! Mariannick n’est pas ici pour entretenir des illusions mais pour abattre des murs, des murailles parfois, et vous amener, nus, face à votre vérité ! Nous vous demandons fermement, quitte à paraitre un peu sévères, de vous tenir à l’écart de toute sentimentalité ! Nous vous demandons de faire le vide ! Qu’entendons-nous par là ? Faites le vide de ce que vous attendez en venant ici, parce que tout est faux ! Faites le vide de ce que vous pensez être, parce que presque tout est faux ! Faites le vide de ce que vous pensez ne pas pouvoir faire ou ne pas pouvoir être : parce que tout est encore plus faux !
 
Nous vous aimerions tel un bébé qui vient juste de naître. La seule chose qu’il connait ce sont les bras de sa mère et la sécurité qu’offre son père. Ce père ne prend pas l’enfant dans ses bras : il se tient derrière la mère et pose ses mains sur ses épaules, apportant la sécurité. C’est ce que nous faisons ici. Nous avons placé nos mains sur les épaules de Mariannick qui nous sent clairement et nous sommes ici pour vous apporter un cadre, une sécurité, et pour vous dire : petits enfants, vous êtes en sécurité, vous pouvez tout abandonner ! Personne ne vous demande de réussir quoi que ce soit. Personne ne vous demande d’atteindre le samadhi, le nirvana, personne ! Ce que nous vous demandons, les bras ouverts et avec beaucoup d’amour, c’est d’accepter de naitre de nouveau.
 
Tout être qui nait de nouveau arrive sur Terre en étant nu, sans idées préconçues, sans idées colportées par tout un chacun. Un bébé dans sa pureté car la douleur n’a pas encore pénétré en lui… la douleur de la séparation. Gardez cela comme un cadeau au cœur. L’union est là. Soyez ici comme un bébé dénudé, libéré de toute attente, un bébé au cœur ouvert, comme une coupe de cristal et rien d’autre que cela… aucune couleur dans cette coupe, juste le plus pur cristal transparent : c’est cela la nudité de l’âme, avec la certitude de l’union, la certitude de l’embrassement et de la sécurité autour de vous.
 
Et maintenant nous pouvons commencer, parce que maintenant vous pouvez vraiment nous entendre… et nous en sommes heureux !
 
Nous aimerions vous parler de l’atelier qui va s’ouvrir ici la semaine prochaine. Il n’est pas dans nos habitudes de parler longuement, dans ces rencontres du mercredi, d’autres activités qui se développent ici. Pourtant aujourd’hui nous aimerions vous expliquer ce qui prend forme pour que l’intention à la base de cet atelier puisse prendre racine, éclore et avancer.
 
Il y a trois étapes dans cet atelier « Solidarité et canalisation ». 
 
Première étape : vous apprenez à être un. Vous apprenez à être ici l’un pour l’autre. Vous apprenez à offrir. Vous apprenez à voir en l’autre une partie de vous-mêmes, à regarder l’autre dans les yeux et à pouvoir lui dire : « toi et moi nous sommes un. Parfois tu me fatigues, je ne te comprends pas, parfois je me sens loin de toi, mais nous sommes un, même quand je ne te comprends pas. Je sais que tout ce qui me fait me sentir différent de toi n’est là que parce que je n’ai pas encore compris quelque chose en toi et donc en moi. » C’est la première étape : vous reconnaitre en l’autre et comprendre que vous êtes ici à la fois pour recevoir des informations de la part des autres mais aussi pour en donner, laisser l’information passer à travers vous vers l’autre. Apprendre à fonctionner en tant qu’un. Bien sûr, le but qui peut paraitre le plus direct c’est l’ouverture du canal que vous êtes, mais ce canal n’est en fait qu’un outil. Le renforcement du canal n’est pas le but mais l’outil. Le but c’est d’offrir.
 
Dans la deuxième étape vous entrerez davantage en lien avec la Terre, nous vous en reparlerons en temps voulu.
 
Dans la troisième étape, nous vous voyons faire un cercle et à chaque fois que la Terre tremble, que des êtres meurent en masse et que la douleur est grande, vous dites : « présent ! » et votre groupe se retrouve et se met à l’ouvrage… Bien sûr, des conseils vous seront donnés, un mode d’action vous sera proposé là aussi en temps voulu.
 
Si nous parlons de cela aujourd’hui c’est parce que cela constitue un excellent exemple de ce que vous pouvez accomplir dans la deuxième spirale. Tant que vous demeuriez dans la première et que vous pensiez être votre ego c’est-à-dire ce que vous paraissez être, ce que vous désiriez essentiellement c’était d’être bien, de guérir, d’avancer, d’arriver à un stade où vous pourrez vous réjouir de vos progrès. La deuxième spirale est pour tous ceux qui sont dans l’absolu et désirent servir. Pourquoi servir ? Parce qu’ils ont compris que chacun est un grain de sable d’une immense plage sur laquelle les vagues viennent déferler.
 
Vous fonctionnez ensemble ! Vous gravissez la pente et arrivez sur les hauteurs ensemble, parce que vous n’êtes pas différents les uns des autres. Vous pouvez alors entrer dans ce travail ensemble, vous regarder dans les yeux en sachant que c’est exactement la même lumière qui s’écoule en chacun, la même lumière et la même intensité, ni plus ni moins. Que l’autre le reconnaisse ou non ne vous appartient pas. La lumière est la même, exactement la même !
 
C’est le groupe qui avance et qui avance vers un but : en partie pour Gaia et en partie pour tous ceux qui sont en partance. Il est possible cette année qu’ils soient nombreux et plus encore l’année suivante. Il est temps de vous préparer à aider.
 
C’est un trouble très grand, une douleur qui dépasse… sans vouloir abaisser la douleur qui a pu être ou qui est la vôtre actuellement, imaginez une âme qui ne sait pas qu’elle est une âme et se retrouve d’un coup dans l’autre monde alors qu’elle était persuadée que ce monde-là n’existe pas… elle avait échafaudé des rêves qui ne pourront jamais voir le jour, elle avait des enfants, des parents dont elle ne peut plus prendre soin alors qu’elle les aimait profondément… elle ne peut plus agir pour ceux qu’elle aime et se sent inutile. Elle sent que c’est tout son monde qui s’effondre autour d’elle et c’est bien de cela dont il s’agit ! Considérez des centaines d’âmes ensemble dans cet état et vous avez, au-dessus de la Terre, une poche énergétique dans un chaos profond !
 
Votre amour, mes amis, peut réaliser des miracles ! Votre amour conjugué à nos conseils sur la façon dont vous pouvez agir. Votre amour est réellement miraculeux. Nous allons travailler ensemble, la main dans la main. Nous vous avons déjà dit dans le passé que nous coopérons mais nous ne vous l’avons jamais dit à un tel niveau : nous allons nous organiser de façon à œuvrer régulièrement ensemble dans un but précis. Nous ne pouvons le faire que dans la deuxième spirale parce que dans ce lieu il n’y a plus d’égoïsme, ou du moins il est réduit au minimum, et cela parce que vous avez compris que vous n’êtes pas que ce petit être sur Terre et que la seule chose que vous désirez c’est d’œuvrer pour le bien de tous. Au-delà de votre propre chemin sur lequel vous continuez de marcher, vous entrez sur le chemin de l’offrande, avec toute notre estime.
 
Pourquoi parler de la Terre en de telles circonstances ? Parce que la Terre vibre en fonction de ce qui existe en elle, sur elle et autour d’elle. L’intérieur ne vous concerne pas. Vous êtes sur elle : vous œuvrez à ce niveau depuis longtemps et vous continuez à le faire. Il est temps d’apprendre à prendre soin de ce qui est autour d’elle. Les moyens pour ce faire sont nombreux. Beaucoup de groupes travaillent dans ce domaine d’une façon ou d’une autre. Votre groupe aura pour but d’être présent pour Gaia et pour tous ceux qui en partent massivement parce que la vibration créée par toutes ces âmes alourdit considérablement Gaia. C’est comme une colle qui reste dans le champ de la Terre et ne parvient pas à s’élever. Ca colle et là où il y a cette colle, Gaia respire difficilement. C’est une image bien sûr, ce n’est pas une colle comme vous en connaissez, mais ce qui se crée est bel et bien une sorte de colle qui rend difficile la respiration de Gaia.
 
Vous êtes ici pour aider la Terre à respirer dans de telles circonstances, en aidant les âmes à avancer et à atteindre les fréquences sur lesquelles elles peuvent poursuivre leur route. C’est votre but lointain… enfin, pas aussi lointain que vous pourriez le penser ! Quand nous avons montré à Mariannick les images d’un groupe travaillant ainsi avec beaucoup d’amour et de lumière, elle s’est dit que pour atteindre un tel niveau vous alliez avoir besoin de 5 ans ! Nous vous le disons : vous êtes prêts ! Dans un an vous serez entrés activement dans cette vibration et dans cette offrande.
 
Il s’agit d’une réaction en chaîne : pour entrer dans un tel travail, il est nécessaire que vous perceviez clairement que l’autre est ce que vous êtes… Il est nécessaire que vous compreniez d’abord, à l’échelle d’un petit groupe, que vous êtes là l’un pour l’autre, que vous ne venez pas seulement pour vous mais que vous venez aussi pour les autres. A partir du moment où cette absolue certitude s’installe, alors il devient évident que lorsqu’un grand nombre d’âmes est en souffrance, vous désirez être présents et apporter votre aide pour que l’amour qui passe en vous puisse agir ! Qu’il puisse agir !
 
Nous n’allons pas aujourd’hui entrer dans le travail qui sera le vôtre dans un an. Vous verrez qu’il s’agira d’un travail précis et que notre guidance sera précise aussi. Cependant nous aimerions aujourd’hui, si vous êtes d’accord, travailler ensemble. Nous aimerions pouvoir « utiliser »… et si ce mot vous choque nous vous en demandons pardon… nous aimerions donc, avec votre accord, utiliser ce que vous mettez à notre disposition, c’est-à-dire un cœur ouvert, pour y faire passer notre amour. Ainsi notre amour, en passant dans votre corps, va pouvoir s’incarner. A partir de là, nous vous demandons de visualiser Gaia au centre de votre cercle : si belle, d’un bleu magnifique… voyez-la se mettre à tourner jusqu’à ce qu’arrive sur le haut la partie que vous nommez Indonésie et où nombreux sont ceux qui sont dans une profonde souffrance ces jours-ci. Ce sont ceux qui y vivent et si vous regardez un peu plus haut, c’est aussi une sorte de nuage gris peuplé d’un nombre considérable d’âmes qui ne savent pas où elles se trouvent.
 
Nous vous demandons de ne mettre aucune intention… merci de nous laisser placer l’intention… que la lumière et l’amour passent, rien d’autre… ah si, autre chose : la joie ! Les larmes sont inutiles ici, la tristesse est inutile : toute cette région en est pleine et si ces âmes ne peuvent pas s’élever et demeurent dans ce nuage, c’est parce que ce nuage, qu’elles créent en partie, est aussi et surtout créé par la tristesse et le désespoir de tous les survivants.
 
 
Pratique :
Laissez la tristesse que vous pouvez ressentir se diluer dans la joie de votre cœur… laissez se dissoudre les larmes qui sont peut-être montées à vos yeux car vraiment, si vous demeurez à ce niveau, nous ne pouvons pas agir… Entrez dans votre joie et ne laissez qu’elle s’exprimer… Ne laissez que la joie fleurir dans votre cœur, comme une grande fleur, un grand lotus blanc magnifique qui respire la joie… Oui, il s’est ouvert ! Un grand lotus s’est ouvert au cœur de chacun… Ce lotus regarde vers le haut et nous perçoit, voit la Lumière et lui demande de descendre vers lui, de passer à travers lui… La Lumière entre dans le lotus et dans sa tige qui est votre colonne vertébrale, et elle entre en Terre… Cette Lumière est offerte au centre de la Terre, non pas à l’Indonésie mais au centre de la Terre !... 
 
C’est comme quand vous plongez : arrivés au fond de l’eau, vous donnez un coup de pied pour remonter plus vite à la surface ! C’est ce qui se produit avec votre joie et notre amour que vous laissez passer… à peine arrivés au centre de la Terre, cette Lumière remonte vers Gaia qui se trouve au centre de votre cercle. C’est la joie de vous tous et l’amour de nous tous qui arrive au centre, vers Gaia, vers l’Indonésie, sur la Terre et autour d’elle. Vous n’avez rien d’autre à faire : c’est la Terre qui se sert de ce que vous et nous lui avons donné pour accomplir ce qui doit l’être.
 
Entrez dans cette pratique, dans votre joie. Nous allons vous laisser du temps dans le silence. Vous, présents à votre joie dans l’ouverture du cœur, laissant passer notre amour. Votre joie et notre amour sont conduits jusqu’au centre de la Terre où toutes vos tiges se rejoignent en déposant cette Lumière. Entrez dans le silence (grande pause de plusieurs minutes)….
 
Le nuage s’est ouvert et la Lumière l’a traversé, l’a inondé… gratitude ! Rien d’autre que cela, rien que de la gratitude dans vos cœurs… 
 
Mes amis, certains d’entre vous ont éprouvé de la difficulté à ne pas envoyer leur propre amour… c’est pourquoi nous insistions : vous dans la joie, nous dans l’amour. Vous voyez, votre amour, quand il n’est pas totalement relié au nôtre, quand nous ne sommes pas dans une union totale –ça viendra, ne vous inquiétez pas, il n’y aura plus alors de différence entre ce qui est vôtre et ce qui est nôtre- quand votre amour est donc encore entaché de peine, d’un peu de tristesse, ne serait-ce que d’une larme, alors vous ne pouvez pas espérer aider au niveau où votre aide est requise. C’est la raison pour laquelle il n’est pas indispensable dans de telles pratiques, même si cela vous parait bizarre, de laisser passer votre propre amour. Ce qui est nécessaire, c’est que vous entriez dans le canal qui nous unit et vous ne pouvez y entrer que dans la joie parce que c’est la plus haute des vibrations auxquelles vous avez accès. En étant dans la joie, en union avec nous, vous laissez s’écouler l’amour du Tout et, puisque c’est l’amour du Tout (avec un sourire)… c’est aussi le vôtre ! Et alors cet amour agit ! Il agit !!!
 
Notre Frère Jésus disait que lorsque vous êtes 2-3 unis en Son nom, vous agissez bien plus que séparément, c’est pourquoi la pratique d’aujourd’hui a atteint son but de solidarité. Et nous introduisons ainsi l’atelier qui ouvrira ses portes la semaine prochaine.
 
Et il en est ainsi.