La deuxième spirale de la Création – 11
Les créateurs mathématiciens

A Athènes, par l’intermédiaire de Mariannick
20/02/2019

Le rythme de cette canalisation est particulièrement lent et le ressenti fort et profond. Cela nous permet d’entrer davantage encore au cœur, en n’utilisant le mental qu’a minima.

Soyez les bienvenus ! Percevez une sphère de lumière sous vos pieds et une autre sphère de lumière au-dessus de votre tête, un axe reliant ces deux sphères, ces deux pôles. Cet axe, vide à l’intérieur, permet à l’énergie, à la lumière de circuler, il vous nourrit et élève la vibration de tout votre corps physique… La vibration s’élève en même temps que l’énergie monte en spirale dans votre axe qui se met à rayonner…

Au niveau du cœur, une ouverture… un centre, un vortex qui en s’ouvrant concentre toutes les énergies venues d’en bas comme d’en haut…

Vous êtes là, dans ce vortex, vous y tombez. Votre sensation est celle d’un point de lumière qui tombe dans ce vortex jusqu’à son centre. Arrivé au centre, s’ouvre un autre champ, un vide. Vous laissez la matière pour l’antimatière. Là, il n’y a rien… des mouvements, du vide, une lumière qui ne rayonne pas mais qui se retourne sur elle-même et parait sombre…non pas dans le sens de l’ombre, il s’agit ici de la lumière qui se tourne vers l’intérieur. La lumière existe : elle s’exprime à l’envers de ce que vous connaissez. Vous êtes là, dans des spirales de cette lumière-là, dans un autre univers, une autre création. Vous pensez peut-être que tout est là à l’envers de ce que vous connaissez. Est-ce pour cela que cela existe moins ? Certainement pas ! Cet univers existe tout autant que le vôtre qui est lumière s’exprimant vers l’extérieur. C’est comme un ruban qui se retourne : vous n’en voyez qu’une face alors que de l’autre côté de l’univers vous percevez l’autre face de ce même ruban. Les deux faces sont deux aspects différents du même ruban.

Parfois vous avez l’impression de « voir » alors qu’à d’autres moments vous ne « voyez » pas : deux aspects d’une même présence. Vous jugez : voir c’est bien, souhaitable, alors que de ne pas voir vous rappelle vos limites et vous fait vous sentir petits : deux aspects du même ruban.

Le ruban est. Il n’y a pas de jugement : il est.

Quand vous retournez au centre du vortex du cœur qui ouvre sur un autre univers, vous êtes exactement au point du ruban à partir duquel vous pouvez voir les deux univers, en voyant l’une et l’autre face : vous êtes !

Quand vous vous dispersez et que vous vous laissez entraîner par une face ou par l’autre, là le jugement apparait, vous jugez votre existence même. Vous vous notez… mais pouvez-vous plus ou moins être ? Vous êtes ! Il ne peut y avoir plus de cela. Le plus ne peut exister que dans la fréquence, c’est-à-dire si vous vous installez souvent ou rarement dans ce point central où s’unissent les deux univers en vous.

Vous pouvez percevoir cette union comme celle de deux mouvements opposés : d’un côté une spirale dans le sens des aiguilles d’une montre, de l’autre dans le sens contraire. D’un côté une polarité négative, de l’autre une polarité positive, et vous toujours au point où elles s’inversent, au point de changement, point d’union. Vous demeurez là…

La respiration vous aide. Vous concentrer sur votre respiration vous aide à laisser le mental au repos et vous permet d’être totalement présents au point d’union au cœur…

Vous désirez souvent comprendre plus, agir plus, alors que vous n’avez qu’à vous installer là, à demeure… abandonnez-vous à cela ! En vous y abandonnant, vos perceptions changent : d’une part une sensation de grandeur avec un univers d’un côté et un autre de l’autre et vous comme une porte entre les deux. D’autre part cela vous apporte en même temps la sensation d’être quasi inexistants… parce qu’où commence chaque univers, où se termine-t-il ? Pour vous qui vous trouvez exactement au point de jonction des deux, qu’est-ce donc que ce point si petit, quasi inexistant, ce point où le spin change, où le mouvement, la polarité s’inverse ? Vous n’êtes que cela, et au niveau de la physique de votre corps, vous pourriez dire que vous n’avez rien d’autre à faire que d’être là en conscience…

Vous vous demandez peut-être ce que cela peut vous apporter, sur quoi cela débouche… bien que ces mots ne soient pas adaptés ici parce que l’ouverture est déjà partout et ne peut être plus grande que ce que vous êtes dans ce point…

Vous êtes là à la place de l’observateur absolu alors même que cet observateur agit de façon permanente puisque c’est en lui qu’a lieu l’inversion du spin, du mouvement, de la spirale. L’observateur que vous êtes ne peut pas ne pas s’ouvrir tout autant à l’un ou à l’autre de ces deux univers car si son ouverture est un tant soit peu plus grande dans l’un ou dans l’autre, alors l’équilibre est rompu et vous tombez dans le fonctionnement de l’univers qui prévaut. Si vous voulez garder un équilibre absolu entre les deux univers alors vous êtes ouverts à l’un comme à l’autre, de la même manière, avec la même acceptation.

« Dans l’un je vois, dans l’autre je ne vois pas. Dans l’un je comprends, dans l’autre je ne comprends pas. Dans l’un le positif, dans l’autre le négatif, le plus et le moins non pas en tant que jugements mais en tant que polarités. Tout cela existe et je me trouve au point d’union de ces deux univers. » C’est cela que vous pouvez vous dire et oui, dans ce positionnement, vous ne pouvez être que dans l’ici et maintenant car cette place est au-delà du temps et de l’espace…

Nous sommes un groupe d’Etres aujourd’hui auprès de vous qui apportons la connaissance des créateurs mathématiciens du monde, de la Création. Nous voulions vous montrer ce que nous créons, un petit aspect tangible, compréhensible par tous, pour que vous compreniez encore plus clairement qu’au commencement le jugement n’existe pas… ce qui existe c’est la structure, une structure obéissant à certains principes mathématiques. En entrant dans ce monde des principes mathématiques, vous vous trouvez bien loin de tout jugement. Vous ne pouvez plus regarder la Création à travers le regard du jugement, c’est tout simplement impossible parce que vous vous trouvez au-delà.

Tout votre corps a été créé pour être un point de bascule d’un univers dans un autre. Ce n’est peut-être pas exactement comme nous vous l’avons montré au départ, matière-antimatière, mais il s’agit bien d’un univers doté d’une certaine polarité vers un univers doté d’une autre polarité. Ces deux polarités s’unissent. Vous comprenez qu’il n’y en a pas une meilleure que l’autre : il y a des jeux d’énergie, de création. C’est ce à quoi nous jouons en créant des univers entiers, et vous avec nous.

A chaque fois que vous prononcez un mot, que vous laissez jaillir une pensée du champ de vos corps, vous créez un univers. Ca n’est pas une façon de parler, c’est un principe mathématique. C’est une réalité tangible pour nous depuis nos dimensions où nous voyons ces pensées créer des univers. Nous voyons les mots qui se rejoignent pour former des mondes, et nous voyons des créateurs, vous-mêmes, qui n’ont aucune conscience de ce qu’ils créent !

Dans les champs que nous avons créés et dans lesquels vous vous trouvez, c’est vous qui maintenant jouez et apprenez, c’est vous qui à votre tour créez d’autres mondes et apprenez en créant ces mondes. En recueillant le résultat de votre création, vous apprenez à créer plus efficacement. Il n’est pas question ici de jugement mais de la formation du créateur que vous êtes. C’est très différent ! De notre point de vue, ce ne sont pas des enfants que vous êtes et qui grandissent pour devenir des adultes qui vont recevoir un prix de fin d’études et ne sauront pas quoi en faire. De notre point de vue, ce que vous êtes ce sont des créateurs qui apprennent à créer et qui autrefois étaient déjà des créateurs accomplis, qui ont mis à leur programme d’oublier ce qu’ils avaient appris pour le réapprendre autrement, et qui réapprennent à présent à travers des jeux constants d’interaction avec leur création. Ils apprennent ainsi à apporter les corrections indispensables et poursuivent de cette façon leur formation ainsi que l’expansion de leur cœur.

Pourquoi parlons-nous du cœur et pas d’un autre de vos centres ? Parce que c’est là que se produit le changement de vortex, le changement de spin comme nous vous l’avons déjà dit. C’est le point de départ de la création.

En d’autres temps vous nous avez appelés Elohim. Nous sommes les créateurs.

Les mots sont parfois inutiles : il est préférable que vous perceviez la qualité de notre présence, en ce moment même. Prenez le temps, en vous situant au point d’union au cœur, c’est là que nous nous trouvons aussi (pause)…

Laissez le centre de votre cœur ouvert devant vous, comme un portail ouvert à toute votre création, pour pouvoir contempler cette création depuis la place du créateur… un créateur qui, nous le répétons, ne juge pas.  Il observe, voit où il est judicieux d’envoyer de l’amour, c’est-à-dire davantage d’énergie qui apportera de la lumière à ce qu’il a construit et qui en manque à cet instant précis. Il constate ce qui a besoin d’être renforcé, soutenu. Le créateur observe sa création, regarde tout ce qu’il a créé dans son champ de vision et envoie de l’énergie amour, joie, confiance, paix, pour renforcer ce qui a besoin de l’être. Il soutient sa création en lui envoyant de la lumière !

C’est la seule chose qu’il fasse ! C’est la seule chose qui ait de l’importance pour le créateur : soutenir sa création dans la lumière.

Puisque le créateur ne juge pas, il n’y a pas depuis ce point une seule création que vous souhaiteriez annuler, gommer. A celles qui ne sont pas suffisamment dans la lumière, vous en envoyez, et en la recevant elles changent… elles changent ! Vous n’avez pas besoin d’annuler quoique ce soit. Vous avez simplement besoin d’envoyer de la lumière là où c’est nécessaire et d’observer ce qui se passe avec ce que vous avez envoyé. La création est autonome, jusqu’à un certain point : elle va recevoir votre lumière et vous observerez ce qu’elle va en faire… Si la lumière la fait éclater, vous l’observerez. Si la lumière la fait grandir et rayonner, vous l’observerez aussi.

Vous observez votre création et vous apprenez depuis cette place neutre qui unit les deux côtés et reçoit la connaissance depuis les deux côtés du ruban !

C’est cela votre univers : un ruban qui s’enroule et dans lequel vous vous trouvez, à l’intérieur même du ruban… savourez ! Savourez le rôle du créateur qui se développe en vous.

Nous nous tenons entre vous et vous pouvez percevoir notre présence… Ensemble, nous regardons la Terre au centre de votre cercle, la Terre qui change, cette Terre que nous sommes très nombreux en cet instant à observer et à laquelle, en tant que créateurs et co-créateurs de cet univers, nous envoyons de la lumière en observant ce qui se passe avec toute cette lumière reçue. Et vous êtes avec nous…

Permettez cela : tous ensemble autour de la Terre nous envoyons de la lumière qui passe par le point de jonction de votre cœur…ensemble, prenez le temps… et voyez ce qui se passe avec toute cette lumière que vous envoyez et qui va nourrir la Terre (pause)…

Un sourire… gardez un sourire au cœur.

Nous vous remercions… Nous sommes vos créateurs. Notre joie est grande à présent de créer avec vous !

Et il en est ainsi.