2019-2020 : la Renaissance
3 – Peurs, idées reçues et savoirs

A Athènes, par l’intermédiaire de Mariannick
16/10/2019

Soyez les bienvenus ! En guise d'introduction au message de ce jour, nous aimerions vous dire ceci : vous attendez toujours beaucoup des autres... Vous avez déjà imaginé la suite de cette phrase, vous êtes déjà dans une attitude défensive avant même que nous n’ayons terminé notre pensée! Entrez au cœur et détendez-vous, car tant que vous n'êtes pas détendu, vous êtes en mode défensif. Nous le répétons: vous attendez beaucoup des autres. Nous n'attendons rien. Nous apportons la Lumière, celui qui le désire peut s’en nourrir et celui qui ne le désire pas peut tourner le dos et s'en aller. Chacun doit choisir la nourriture dont il veut se nourrir, voir à quel point il la désire, à que point il souhaite se nourrir de Lumière ou pas…   

Connectez-vous à ce petit point au centre de votre cœur qui souhaite se nourrir de pure Lumière car il est lui-même pure Lumière! Quel est le degré de sa volonté, à quel point veut-il se nourrir de Lumière et la rayonner ensuite dans tout son être? Dans quelle mesure le reste de votre corps permet-il à ce désir de l’inonder? Dans quelle mesure le reste de votre petit moi peut-il faire place à ce désir, peut-il oublier ses peurs et les envies de l’ego pour donner de l’espace, faire une place au désir de nourriture de ce petit point de Lumière ? A quel point êtes-vous prêt ? A quoi êtes-vous d’abord attentif : à tout ce qui attire votre attention au quotidien ou au désir de ce petit point au cœur qui vous parle sans cesse… l’écoutez-vous ? Lui prêtez-vous attention ? Donnez-lui toute votre attention car ce désir est au centre de votre existence! Donnez-lui toute votre attention car il est le cœur de votre axe! A chaque fois que vous ne vous sentez pas très bien, à chaque fois que vous vous sentez perdu, vous pouvez retrouver votre vérité en vous reconnectant à ce petit point de Lumière. Il porte en lui votre vérité et votre volonté d’avancer. Alors écoutez-le et laissez tomber le reste...

Vous venez ici dans un cycle que nous avons appelé «renaissance». Vous savez ce qu’est le Phœnix et vous connaissez sa capacité à renaître de ses cendres. Il ne peut y avoir renaissance sans cendres... cela vous semble dur à entendre? Cela nous parait au contraire plein d'espoir! A chaque fois que vous pouvez abandonner une partie de votre petit moi, une partie à laquelle vous vous êtes parfois identifié toute votre vie, c'est une libération pour vous et, sur ces cendres, c’est une opportunité de renaissance qui se crée. 

Frères, concentrez-vous sur ce que vous pouvez abandonner, sur ce à quoi vous vous êtes identifiés. Vous pouvez vous en libérer. Nous allons faire trois exercices pratiques aujourd’hui et quand vous repartirez, vous ne serez plus le même qu’en arrivant, si vous l’acceptez. Nous allons vous demander de prendre le temps de regarder tout d’abord une de vos peurs. Ne vous précipitez pas, prenez le temps pour ne pas faire cet exercice superficiellement. Vous faites cela pour grandir, pour que la renaissance s’opère alors ne restez pas à la surface.   Nous vous proposons d’entrer de tout votre cœur dans la profondeur de cet exercice.

Premier exercice: une peur... Vous allez aller regarder une peur que vous portez en vous depuis votre enfance, une peur que le petit garçon ou la petite fille que vous avez été connaissait déjà. Cela peut être une peur de l'abandon, de la punition, de la violence, cela peut être n'importe quelle peur susceptible d’habiter le cœur d’un enfant. Prenez le temps de vous souvenir d'une peur qui réside en vous depuis votre plus jeune âge et qui revient régulièrement se rappeler à votre souvenir. Prenez quelques minutes pour vous souvenir de cette peur qui vous accompagne depuis si longtemps (pause)...

Une fois que vous aurez réalisé de quelle peur il s’agit, amenez-la devant vous pour porter sur elle un regard différent. Demandez, de tout votre cœur, notre Lumière sur cette peur afin de la regarder autrement. Nous n’allons pas la changer, cela vous seul pouvez le faire. Nous l’éclairons afin que vous puissiez voir comment elle a pu vous être utile… Les choses ne sont jamais dues au hasard. Si vous avez gardé cette peur toute votre vie, cela signifie qu’elle vous a aidé quelque part. Elle a pu tout simplement vous aider à rester en vie, à comprendre à quel point vous avez besoin des autres, à quel point vous les aimez… Quelque part, cette peur vous a été utile. Prenez le temps de mettre cette peur dans notre Lumière pour comprendre comment elle a pu vous servir jusqu’à ce jour (pause)…

Vous pouvez comprendre cela. Vous pouvez maintenant comprendre comment cette peur a pu vous aider. La question qui se pose à présent est la suivante: en avez-vous toujours besoin ou pouvez-vous aller directement au gain que vous en avez tiré, autrement dit pouvez-vous avoir un accès direct au gain sans passer par la peur ?  Si votre réponse est oui, soyez heureux car cela signifie avant tout que vous avez ouvert votre cœur et qu’il commence à fonctionner différemment... à partir du moment où vous avez un accès direct au gain, vous êtes en mesure d’abandonner cette peur, de la laisser partir. Vous n’en avez plus besoin.   

Les énergies de l'eau sont près de vous aujourd'hui. Voyez tout en haut, au-dessus de vous, une source et de l'eau s’écoulant de cette source sur chacun de vous… l'eau entre dans votre énergie et, si vous êtes prêt à déclarer dans votre cœur votre désir de laisser cette peur s'éloigner de votre champ vibratoire puisque vous n'en avez plus besoin, alors laissez l'eau l’emporter et s’éloigner de vous par vos pieds sous la forme d’un ruisseau... elle sera absorbée par la terre qui la sublimera. Quand nous parlons de cendres, ce n’est pas nécessairement à prendre au premier degré. Tout comme les cendres, il est important d’abandonner à l’eau certaines énergies dont vous n’avez plus besoin. D’une certaine manière, la peur est devenue cendres lorsque vous avez accepté qu’elle soit emmenée par l’eau. Votre travail dans les prochains jours, à chaque fois que vous sentirez cette peur frapper de nouveau à votre porte, sera de vous souvenir que ce sont les habitudes de l’ego qui pointent leur nez. Les cendres sont parties, mais à quel point votre cœur s'identifie-t-il toujours à ce qu'il était? Rappelez-vous que vous avez à présent un accès direct au profit qu’autrefois la peur générait. Allez directement au profit. Laissez la joie pénétrer doucement votre cœur, le remplissant, remplissant la place laissée vacante par l’abandon de la peur.

Nous allons continuer avec une caractéristique de votre ego. Lorsque vous dites "je suis comme ça, je ne peux pas faire autrement, je suis comme ça!" », comprenez-vous à quel point cette attitude bloque votre énergie ? C'est comme si vous disiez "je ne peux pas changer" alors que vous le pouvez toujours car c'est votre souhait primordial, la raison même de votre incarnation : changer, évoluer sans cesse, toute évolution se basant sur un changement continuel! Le changement ne s'arrête jamais, jamais! S’il s'arrêtait, l'évolution s'arrêterait aussi. A force de bloquer votre énergie, vous finissez par penser : "ma vie n’a aucun sens, ce serait bien que tout ça se termine en espérant que dans la prochaine incarnation mes outils seront plus performants et les perspectives d’évolution plus grandes!"

Est-ce bien cela que vous désirez? C'est tellement plus facile et efficace de changer ici et maintenant! Bien plus efficace car tout changement d’incarnation présuppose des années, le temps pour vous de grandir. Il présuppose aussi de disposer d’une fenêtre énergétique qui vous convienne afin de naître dans une famille qui réponde à vos besoins etc… A bien y regarder, tout cela est assez complexe alors qu’il est beaucoup plus simple et plus rapide de changer ici, maintenant! Vous vous identifiez à certaines idées préconçues vous concernant, des idées qui vous paraissent soit négatives, soit positives. Nous ne jugeons pas et nous vous disons que dans un cas comme dans l’autre cette identification entraîne un blocage.   En ce qui concerne les idées négatives, cela vous semble une évidence. Pour ce qui est des idées positives, cela vous parait moins clair. Vous dites "je suis comme ça" et quand ce  "comme ça" vous parait positif, vous vous dites "super, je peux m’appuyer là-dessus pour grandir, pour suivre ma route." Mais cette affirmation est-elle conforme à votre vérité ou vous a-t-elle était inculquée par votre entourage, par vos parents qui vous disaient cela souvent, peut-être vous aidant ainsi à vous intégrer à la famille qui était la vôtre ? 

Pourquoi vous dire tout cela aujourd’hui et consacrer du temps à la pratique ? Parce que le plus important, si vous voulez changer, si vous voulez avoir accès à la renaissance, est de reconnaître qui vous êtes et de ne pas vous arrêter à ce que vous pensez être... ce que vous pensez être parce que c’est ce que les autres vous renvoient ou parce qu’il fallait paraitre ainsi pour être accepté par votre environnement.

Le plus important est d’accepter de vous regarder, non pas pour vous juger mais simplement pour vous voir!Cela demande du travail de reconnaitre qui vous êtes, les voiles qui obscurcissent vos yeux sont encore si nombreux… ils teintent le regard que vous portez sur vous-mêmes. Vous interprétez ce que vous êtes sans vraiment le regarder. Tant que vous ne regardez pas ce que vous êtes sans jugement aucun, l’acceptation ne peut se faire. Tant que vous ne regardez pas vraiment ce que vous êtes, vous attendez des autres des actions, des mots, de l’amour, alors que selon votre plan de vie, il est clair puisque vous êtes ici, que vous êtes venus apprendre à faire cela vous-mêmes : vous aimer, approfondir la connaissance du soi et entrer dans l’acceptation! Cela fait partie de votre plan de vie!

Deuxième exercice pratique : vous allez entrer dans votre cœur avec l'intention d'y regarder  un aspect de vous-même déplaisant, ou plus exactement, que vous jugez déplaisant!

Lorsque des idées vous traversent et que votre première réaction est de dire «Je suis comme ça» ou «des idées pareilles, c’est tout moi !», vous avez souvent envie de les chasser d’un revers de main, de les éloigner et de penser à autre chose. Vous vous dites "n'y pense pas, ce n'est pas vrai, passe à autre chose"… Aujourd'hui, nous allons les regarder avec un petit sourire et ce sourire vous permettra de les accepter. Nous allons regarder ce qui vous met mal à l'aise, une pensée obsédante, peu importe laquelle. Prenez le temps de l’amener devant vous et de la regarder avec le sourire (pause)….

C'est une inscription ancienne qi vous accompagne depuis des années. Qu’allez-vous décider aujourd'hui? Allez-vous la repousser ou au contraire la regarder et l’accueillir dans votre cœur? L'eau qui évacue les cendres ne fonctionne qu’intérieurement, alors il est nécessaire d’accueillir cette pensée. Pour y arriver, le meilleur chemin est de l'aimer et de la remercier. 

Pourquoi remercier ces pensées que vous souhaitez chasser ? Il vous appartient d’en trouver la raison. Trouvez un élément qui vous permette de la remercier : cette pensée a pu vous protéger, vous aider d’une manière ou d’une autre. Qu’a permis cette idée, cette pensée, cette croyance dans votre vie, bien souvent sans que vous en ayez conscience ? (pause)…

Commencez à la remercier et voyez ce qui se passe... Voyez ce qui se passe lorsque vous envoyez l'énergie du remerciement... elle se dilue, elle ne peut plus se maintenir et sa structure s’effondre, elle devient cendres... la cendre est encore une partie de votre énergie, prenez-la dans votre cœur… et laissez l'eau que nous apportons de la source s’écouler et l’emporter… clarifiant tout ce qui a pu être affecté par cette énergie. Le ruisseau l’emporte jusqu'à ce que la terre la reçoive avec beaucoup d'amour pour vous...

Vous avez peut-être l'impression que des vides se créent lorsque vous abandonnez ainsi des parties de vous auxquelles vous vous étiez identifié, mais l'eau qui coule en vous est une eau cristalline. Elle laisse sur son passage une petite structure cristalline de la couleur de l'eau qui brille en vous... Savourez!...

Troisième exercice pratique.  Amenez devant vous quelque chose que vous savez parce que vous l’avez appris. Peut-être même que toute votre vie a été basée sur cette connaissance, sur ce savoir ! Vous savez ce qu’il advient de tout savoir avec le temps : vient le moment où ce savoir est dépassé, remplacé par un autre. L’ancien a permis l’apparition du nouveau. C'est comme les vagues de la mer: quand l'une se meurt elle permet à la suivante d’apparaitre pour mourir ensuite à son tour. Une vague ne s'arrête jamais en disant "je ne veux pas aller plus loin, je veux rester ici!" L’eau se transforme en vague, la vague se brise puis se retire. La vague suivante apparaît et se retire à son tour… cela continue indéfiniment parce que la vie est en perpétuel mouvement. Quand vous vous cantonnez à ce que vous avez appris, vous vous ouvrez à la mort. Cela peut vous paraître cruel dit ainsi, mais sentez comme cela parle en vous!

Qu'est-ce que vous avez appris et qui est si important pour vous? Il n’est pas question ici de ce que vous pouvez apprendre sur vous-mêmes dans un chemin de recherche personnelle fait d’expériences diverses, il est question de ce que vous avez appris par l’intermédiaire de votre mental, et ce durant des années. De nouveau il est question d’identification. Vous vous êtes identifié à ce savoir, à ces connaissances acquises. Les connaissances évoluent, ne stagnent jamais.

Amenez devant votre regard une connaissance, petite ou grande peu importe, il suffit qu’elle soit importante à vos yeux.  Que ce soit une connaissance sur laquelle vous pensez vous être construit et à laquelle vous vous êtes identifié, ne serait-ce que partiellement. En parlant de vous, les autres peuvent se dire « lui, il sait cela ». Vous amenez cette connaissance face à vous en vous demandant : "à quel point puis-je laisser cela s’écouler comme s’écoulent les vagues de la mer ? Jusqu'où puis-je laisser cette vague de connaissances se briser et se retirer? A quel point ai-je encore besoin de m'identifier à elle ? Est-ce qu’au contraire je peux m'identifier au point de lumière au cœur, indépendamment des connaissances acquises dans cette vie ou dans d’autres? » Prenez le temps de prendre conscience de cette connaissance à laquelle vous vous êtes identifié, qu’elle soit petite ou grande (pause)…

Avez-vous trouvé à propos de quoi vous pouvez dire : "je sais!". Dans quelle mesure êtes-vous prêt à abandonner ce "je sais"? Dans quelle mesure pensez-vous qu’en abandonnant cette identification, vous ne serez plus celui que vous croyez être? Au contraire, sentez-vous que cela ne change rien à ce que vous êtes profondément ? C’est juste un vêtement que vous avez enfilé, un vêtement comme tant d’autres qui encombrent vos armoires, un vêtement auquel vous vous identifiez sans être pour autant ce vêtement... si vous êtes prêt à entrer plus profondément au cœur, dans votre point de Lumière en abandonnant ce « je sais », alors déclarez votre intention à l'univers de toutes vos forces afin que les murs s’écroulent, que les faux-semblants qui vous entouraient et vous empêchaient de voir la beauté autour de vous et en vous s’écroulent (pause)…

Les ruines génèrent beaucoup de cendres… vous les prenez entre vos mains que vous tendez vers la source, dans un geste d’offrande. Et l'eau coule dans vos mains, jusqu’en vous... elle emmène les savoirs auxquels vous vous êtes identifiés. Tout s’en va dans le ruisseau et les cendres peuvent être offertes à la terre. Vous n’en avez plus besoin. Vous avez juste besoin de vous regarder et de voir ce que vous êtes et vous êtes pure Lumière au cœur, rien d'autre que cela. Pourquoi dépenser autant d’énergie à construire des murs autour de vous alors que le désir d’être ce que vous êtes suffit ? Vous n'avez besoin de rien d’autre que de laisser se manifester la Lumière que vous êtes venu exprimer…

Cette Lumière vous connecte à votre famille, votre famille spirituelle, votre famille de Lumière, et il vous appartient de vous reconnecter à elle à tout instant… ou pas.  La renaissance s’opère une fois les cendres acceptées. Qu'êtes-vous prêt à abandonner? Qu'êtes-vous prêt à jeter au feu pour que cela puisse être transformé en cendres que l’eau emmènera afin que la Lumière resplendisse ? 

Le résultat sera à la hauteur de ce que vous êtes prêt à abandonner. Selon votre désir d’avancer, vous pouvez reprendre ce que nous vous avons apporté aujourd'hui et laisser d’autres peurs, d’autres idées reçues et d’autres savoirs se dissoudre pour permettre un accès plus large à ce que vous êtes dans la Lumière. C'est un travail en profondeur qui demande du temps. Voyez si vous êtes prêt à le poursuivre, sans vous juger. Il est question ici de connaissance de soi: si vous vous sentez prêt à continuer ce travail, alors faites-le ! Si vous ne l’êtes pas, acceptez cela sans vous juger. Acceptez votre désir de continuer à vous identifier à des aspects qui ne vous offrent plus rien d’essentiel, mais auxquels vous êtes habitués et que vous ne vous sentez pas encore prêts à abandonner. 

Nous vous demandons de vous regarder et d’agir à partir de là.

Et il en est ainsi.